bio-2002-2006

2002.- Son oeuvre discographique réunie dans A flor de Tiempo, est publiée dans une édition très soignée qui met en évidence la cohérence et la beauté de chaque album et qui intègre la musique, la poésie et les arts plastiques.

En octobre, sort un nouveau disque, “Paco Ibáñez chante José Agustín Goytisolo”. Les peintures de Josep Guinovart illustrent l’album. La présentation a lieu au Palau de la Música de Barcelone, au Théâtre Albéniz de Madrid et dans plusieurs villes espagnoles et françaises.

2003.- Il présente à Paris, à l’atelier Picasso, son nouvel album “Fue ayer” réalisé avec le peintre Soto. Un magnifique bouquet de chansons d’Amérique latine qui témoigne d’une époque et d’une profonde amitié née entre les deux artistes en 1955 dans le Paris mythique de l’existentialisme. La pochette du disque représente une sculpture de Soto.

Parmi les concerts de cette année-là, signalons les hommages à Rafael Alberti et le très émouvant concert à Sarajevo, Paco ayant participé à toutes les activités de soutien à la Bosnie dans les durs moments de la guerre.

Le Club “Luigi Tenco” de San Remo lui offre le prestigieux Prix Tenco pour sa longue et intense activité dans le domaine de la poésie chantée et musicalisée. Quoique reconnaissant pour cette offre venant d’Italie, un pays auquel Paco se sent très lié sentimentalement, il refuse, fidèle à sa maxime : “Un artiste doit être libre dans les idées qu’il essaie de défendre. À la première concession, on perd une part de sa liberté.”

2004.- Parmi les concerts réalisés, resteront dans l’histoire:

Le 26 janvier, le Centre National d’Éducation Artistique de France l’invite à chanter lors de l’inauguration de l’exposition de la tapisserie “Guernica“ de Picasso qui est exposée pour la première fois au Grenier des Grands- Augustins de Paris, résidence de Pablo Picasso entre 1936 et 1955 et atelier où l’artiste a peint le Guernica. Moment d’intense émotion en entendant, face aux terribles images de douleur et de souffrance du Guernica, les voix de ces artistes qui étaient dans la même lutte : Neruda, Alberti, García Lorca ...ils étaient tous là grâce à Paco.

Le 18 mars, il donne un Concert à l’UNESCO pour la “Journée mondiale de la poésie” dédiée à Pablo Neruda.

Le 17 août, pour l’anniversaire de l’assassinat de García Lorca, il donne un concert à Alfacar, lieu où le poète a été exécuté avec tant d’autres victimes du fascisme. Plus de 2000 personnes font le déplacement cette nuit-là pour une cérémonie impressionnante.

Le 25 août il est invité à participer au 60ème Anniversaire de la Libération de Paris. Pour la première fois, la France reconnaît publiquement que les premiers tanks qui sont entrés pour libérer Paris (de la 2ème Division Blindée du Général Leclerc) portaient des noms espagnols : Belchite, Guadalajara, Teruel, Guernica..., et qu’ils étaient occupés par des républicains espagnols, des hommes qui continuaient à défendre leurs idéaux de liberté et à lutter, hors de leur pays, contre le fascisme.

Les chansons des poètes frères qui ont accompagné le peuple espagnol dans la lutte et dans l’exil : Rafael Alberti, Luis Cernuda, Manuel Altolaguirre, León Felipe ... ont retenti sur la place de la Bastille devant plus de 50.000 personnes.

2005/06.- Il présente son concert dans différentes villes espagnoles, françaises, sud-américaines et même d’Asie. Parmi lesquelles:

en mars, à l’UNIVERSITE NATIONALE DE BOGOTÁ (Colombie). 2 000 jeunes l’acclament et chantent avec lui ses chansons.

“FESTIVAL INTERNATIONAL de MÉTISSONS” de Marseille. Ses chansons interprétées dans les différentes langues utilisées au cours de sa vie résonnent dans un festival où le flux migratoire et les modifications culturelles sont fortement liés à l’engagement et à l’éthique.

“FESTIVAL DU TEATRE GREC” de Barcelone.

“FESTIVAL DE ALMAGRO”. Au Corral de Comedias, il joue dans “La nuit de Paco Ibáñez”.

“FESTIVAL BRASSENS” de Charavines. Il présente, outre la poésie en espagnol, les chansons de Brassens traduites en espagnol et il chantera aussi pour la première fois en français d’autres chansons de son ami et maître.

“IVe FESTIVAL INTERNATIONAL DE POÉSIE DU MONCAYO”, au Monastère de Veruela.

“LA BÂTIE FESTIVAL DE GENÈVE”, en Suisse.

L’INSTITUT CERVANTES de Moscou.
“DE PIE JUNTO AL CANTO” Paraguay. 30° anniversaire du Centre Culturel Espagnol Juan de Salazar. Il chante avec Ricardo Flecha “El lobito bueno” de José Agustín Goytisolo traduit en guarani.

“FESTIVAL MUSIQUES DE L’ÂME” à San Javier (Murcia).

“RENCONTRE AVEC PACO IBÁÑEZ” Table ronde Hommage à Brassens et Concert à l’Université de Seville.

“TAIPEI POETRY FESTIVAL” à Taipei (Taiwan). Dans le programme du concert, la plupart des chansons de son répertoire ont été traduites en chinois mandarin. Il débuta son concert par Rosal de Francisco de Quevedo et quelques unes de ses chansons en euskera ont servi de base à la chorégraphie réalisée ce jour-là.

“HOMMAGE À BRASSENS” à Sète.

“25 ANS SANS BRASSENS” à Barcelone.

coordonnées

A flor de tiempo, SL
c/ Girona, 120
08009 Barcelone (Espagne)
Tf (+34) 93 457 11 18
Fax (+34) 93 458 92 53
Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Retour au début